Mamanversaire

Publié le par Mamaurèle

Chaque année, quand l'anniversaire de ma grande est imminent, c'est l'occasion de revivre ces derniers moments avant sa naissance... Et oui, ce fut aussi ma naissance en temps que mère...

 

L'émotion est toujours vive quand je repense aux derniers moments avant de partir pour la maternité, à l'attente, empreinte de peur, au sentiment de flotter vers l'inconnu qui m'envahissait. La presence de mon chéri était heureusement un point d'ancrage qui me permettait de m'accrocher, sans me laisser emporter par ma peur, si terrible. Oui, il faut avouer que c'était une peur affreuse qui m'envahissait. La peur de la douleur, la peur de la mort. Les récits familiaux ne m'avaient pas aidée sur ce point-là ... Je partais avec un héritage bien lourd...Je n'avais plus qu'à me confier les yeux fermés au personnel médical.

 

Heureusement, la naissance de mon petit garcon deux ans et demi plus tard, vécue de facon beaucoup plus active, a gueri la peur initiale de mon premier accouchement. Ce deuxieme accouchement, physiologique, respecté, m'a montré la force de la femme qui accouche. J'ai pu ressentir pleinement la nature à l'oeuvre, la douleur comme guide et non comme ennemie. J'entrais dans le mode reptilien, instinctif. J'entrais en pleine possession de la force de l'enfantement. Quelle différence avec le vécu de mon premier accouchement...

 

Malgré la peur, indissociable de mon premier accouchement, le bonheur des premiers instants avec ma fille fut entier.

Je me souviens avoir regardé pour elle, née vers minuit et endormie à mes côtés, son premier lever de soleil.

 Comme j'ai aimé ces premières nuits à la maternité, passées en tête à tête avec elle, malgré les douleurs liées aux premieres têtées tatonnantes, à l'épisiotomie, aux tranchées.... Tant de douleurs, de joies, de sueur, de lait, de pleurs...

 

Naître maman, ce n'est pas rien! Ce fut tout pour moi.

Je n'ai cessé depuis la naissance de ma fille de peu à peu découvrir mon moi profond, de me révéler mes valeurs, de prendre conscience de ce à quoi je tiens vraiment. Cette naissance m'a peu à peu totalement transformée. Mes aspirations, mes goûts, mes opinions ne sont plus celles d'avant. C'est comme si la naissance de ma fille m'avait permis de me (re-)connecter avec mon vrai moi. De casser le conditionnement de mon éducation, de mon milieu familial. De sortir de l'influence dominante de ma famille.

 

Moi qui donnait une importance très grande au travail, à la réussite professionnelle, je vais dans un mois arrêter de travailler pour m'occuper de mes enfants...

 

Moi qui passait mon temps à acheter tout un tas de fringues, d'objet de déco, de broutilles, en cherchant le plus bas prix sans jamais m'interesser aux conditions humaines et environmentales de production de ces objets, je cherche maintenant à acheter le plus souvent possible des choses produites dans des conditions respectueuses de l'environnement et des hommes (ou tout du moins à acheter sinon d'occasion: au moins cela n'a pas été produit pour moi...)

 

Moi qui attachait tant d'importance au fait dêtre bien habillée (de préférence avec des couleurs assorties...), d'avoir de jolies choses à la maison: mes vetements et l'amenagement de ma maison sont tout d'abord pratiques et fonctionnels pour être compatibles avec les enfants, leurs decouvertes, leurs jeux.

 

Moi qui pensait que l'autorité, les corrections physiques ou verbales étaient un mode d'éducation comme un autre, je suis dorénavant convaincue par les bienfaits de la communication non-violente, du mode d'éducation basé sur l'écoute et le respect des besoins des enfants, de leur estime de soi.

 

Moi qui pensait (assez inconsciemment) que l'amour se mesurait en cadeaux, en biens materiels, je suis convaincue que l'amour qui respecte le non de l'autre, qui accueille ses sentiments, meme les plus déroutants, les plus difficiles, est bien plus solide et nourricier.

 

Il y a quatre ans je suis née mère, j'ai découvert le bonheur de porter mon bébé, de dormir avec lui, de lui donner le sein. Cette proximité dans les activités, dans le sommeil, dans la nourriture a construit ma maternité et continue toujours à me nourrir et à nourrir mes enfants. Merci à mon chéri de m'accompagner, de m'épauler avec tant de confiance et de bienveillance dans ma maternité. 

Je file au dodo au milieu des petits ronflements de mes cheris. Quel bonheur!!

Publié dans Connaissance de soi

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
M
Bonjour Prisca! Merci beaucoup pour ton message :-) Je suis bien contente si la lecture de mon blog a pu faire un peu écho avec ce que tu vis! C'est chouette ton blog de cuisine, ca donne envie,<br /> toutes ces bonnes choses :-) Surtout quand tes petits loups mettent la main à la pâte!
Répondre
P
<br /> Je viens de découvrir ton blog, il me plaît bien, ta façon de voir les choses se rapprochent de ma vision des choses.<br /> J'attends mon troisième enfant pour mai, j'ai déjà deux beaux garçons 5 ans et 2 ans 1/2, et moi aussi je ne pensais pas que j'arrêterai de travailler, mais devenir maman fait revoir ses priorités.<br /> Et puis, en prenant un peu d'âge, bientôt 30 ans, on voit les choses différemment. je Sens que je change, je veux aller au plus simple, au bonheur pur, marre d'entendre d ire mais tu travailles pas<br /> ? tu t'ennuie pas? oh moi je pourrais pas faire comme toi! Marre de cette société qui nous fait consommer et nous prend pour des c**ns ... Grâce à une rencontre amicale, je vois les choses<br /> autrement, j'ai envie pour cette troisième grossesse d'être plus à mon écoute et à l'écoute de mon futur bébé. enfin voilà j'arrête là parce que je pourrais encore et encore t écrire, ton blog m'a<br /> inspiré<br /> bonne soirée<br /> A bientôt<br /> <br /> <br />
Répondre