Précieuse empathie enfantine

Publié le par Mamaurèle

Ouf, ca y est, je trouve enfin un peu de temps à consacrer aux vendredis intellos ! Mais entre la fin de mon contrat (ca finit le 31 décembre et l'organisation du marché de Noel de l'école de ma fille, j'étais totalement débordée et... épuisée!

 

Pour ma participation d'aujourd’hui, je voulais parler de ces moments lumineux où nos petits enfants font preuve d’empathie envers nous, et qui nous confortent dans une approche éducative non-violente, centrée sur l’écoute des sentiments, des besoins de l’enfant.

 

Je vais illustrer ici quelques passages de Parents efficaces de Thomas Gordon, quand il répond à la question «Quels avantages les parents auraient-ils à apprendre l’écoute active ? »

 

Ma fille, du haut de ses 4 ans, m’a fait preuve d’une telle empathie au moment de la perte de notre bon vieux chat (il y a un mois) que j’en ai eu les larmes aux yeux...

 

« L’écoute active aide les enfants à réduire leur peur des sentiments négatifs. »


Quand elle m’a vu fondre en larmes de tristesse, ma fille n’a pas été désemparée par l’intensité de ma tristesse et elle a su différencier ma douleur de la sienne pour l’accueillir en me disant : « Maman, tu peux pleurer contre mon épaule si tu veux. Tu peux pleurer avec moi ».

 

« L’écoute active établit des liens chaleureux entre le parent et l’enfant. »


Nous avons ainsi pu pleurer la perte de notre chat ensemble, d’égale à égale, unies dans notre douleur. Sans que personne ne juge nécessaire de cacher sa peine à l’autre, en cherchant à le protéger, à faire comme si tout allait bien.

 

« Il est plus facile d’être attentif aux problèmes de quelqu’un s’il s’est montré réceptif à notre point de vue. »


Je confiais à ma fille l’impossibilité pour moi d’annoncer cette triste nouvelle à son papa, qui devait rentrer tard d’un déplacement à l’étranger. Peut-être craignais-je que ma douleur soit ravivée en disant les choses explicitement ou bien avais-je peur  de rendre triste mon compagnon ? Me protéger ou le protéger ?

Alors ma petite puce m’a dit : « eh bien je vais aller le dire à papa, si toi tu ne peux pas ».

Et là, elle est allée annoncer à son papa qui rentrait, avec ses mots simples d’enfant : « Papa, tu sais, Boboy est mort aujourd’hui...Il était vieux, il était malade »

 

Que les enfants puissent à certains moments faire preuve d’une telle empathie, quoi de plus encourageant pour continuer à progresser, tâtonner, dans une démarche d’écoute de l’enfant dans la bienveillance ?

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
E
Perso, je suis convaincue que les adultes peuvent apprendre énormément des enfants… Étonnamment, ils font preuve d’une grande sagesse parfois.
Répondre
M
@ La Tellectuelle: Une petite phrase que m'avait dit ma fille aussi à ce moment-là, mais qui m'était sortie de la tête quand j'écrivais cet article était en fait encore bien plus poignante: "tu<br /> sais maman, si papa et toi vous ne vous souvenez plus, moi je serai toujours là plus tard pour vous dire comment c'était, quand Boboy était là. Je pourrai vous raconter". C'était tellement<br /> incroyable de l'entendre me dire ces mots. C'était magnifique.
Répondre
L
En découvrant cet article (que je range dans l'arbre de liens, je suis très en retard !), j'ai eu les larmes aux yeux ! Merci.
Répondre
C
Merci pour ta réponse !
Répondre
M
@Camille: en effet, l'écoute active de Thomas Gordon correspond tout à fait à l'accueil bienveillant des sentiments de Faber et Mazlich. Je crois que les Gordon et Faber-Mazlich se sont tous plus<br /> ou moins inspirés du travail de Carl Rogers, le père de l'empathie.
Répondre